Il y a collègue et collègue...

Publié le par Mr le prof

Des étudiants de licence hier se plaignaient d'une inégalité de traitement entre un "prof" responsable de deux groupes de TD et de "son collègue" n'ayant pas noté les copies avec le même niveau d'exigence lors du contrôle continu. Je suis toujours un peu navré du manque de termes pour qualifier les enseignants. En fait, des termes il y en a peut être trop (ALER, ATER, MCF, PR, PRAG, PRCE, PAST...) et c'est pour cela qu'il n'en reste qu'un : le prof ! A partir de là, étant donné que chaque enseignant est un "prof", ils sont tous collègues (ou inversement)...

L'homonymie de professeur des écoles (instituteur à l'époque), professeur des collèges et lycées et professeur d'université, touche souvent les plus diplômés (ceux de la fac) qui s'irritent d'avoir fait un bac +8 (doctorat) pour finalement être considérés comme les autres. Mais c'est là de l'orgueil mal placé. Ce qu'il est important de comprendre c'est qu'il existe toute une gamme de nuances dans les fameux "profs" de fac. Alors voici un peu de vocabulaire pour occuper mon samedi matin pluvieux !

Avant de démarrer, une petite précision même si je ferai prochainement un billet sur les salaires : une heure de cours magistral (CM) vaut 1,5h de TD (Travaux dirigés). Une heure de TD vaut 1,5h de TP (Travaux Pratiques). On défini toujours un service en heures de TD (on dit "équivalent TD"). D'une personne à l'autre la réalité horaire peut alors être bien différente. Par exemple, un service de 192h (équivalent TD) peut être réalisé en seulement 128h si la personne ne fait que des CM. Et entre 128 et 192 toutes les combinaisons sont possibles. Enfin certains pourront se dire "Quoi ? ils ne travaillent que 128h par an ???". Attention, on ne parle ici que des heures de présence devant les étudiants. Il faut comprendre que le métier est beaucoup plus riche, et de ce fait, dans le salaire sont également prises en compte les heures de préparation, l'activité de recherche, les responsabilités administratives (gestion de diplômes, responsabilité de laboratoire, de département, etc.) Allez c'est parti pour un tour d'horizon des "profs" à la fac :

L'allocataire de recherche - moniteur (ALER-MO) : c'est un étudiant en doctorat, généralement il donne 64h (équivalent TD) à l'année pendant 3 ans, de bac+6 à bac+8 donc. Souvent il s'occupe de TD mais s'il possède une compétence particulièrement nouvelle et à forte valeur ajoutée pour les étudiants il peut avoir la responsabilité de cours.

L'attaché temporaire d'enseignement et de recherche (ATER) : c'est un étudiant en fin de doctorat ou encore fraîchement docteur. En général, on devient ATER après avoir été allocataire-moniteur. On peut être ATER deux ans (trois pour ceux qui ont passé l'agrégation du secondaire pendant leurs études). Donc l'ATER se trouve principalement être une personne "à cheval" entre la fin de sa thèse et la première année qui suit son diplôme. Ceci lui permet d'avoir une source de revenu le temps de trouver un poste de MCF (voir plus loin). Le service annuel est de 96h (mi-temps) ou 192h (plein temps). Au taux horaire c'est le mi-temps qui est le plus intéressant car il est payé les 2/3 d'un temps plein (donc payé comme si le service était en fait de 128h).

Le maître de conférences (MCF) : c'est un fonctionnaire. Il a passé un doctorat et a été qualifié par le conseil national des universités (CNU). Ensuite il a été recruté par une université. Tout cela n'est pas automatique. Tous les docteurs ne sont pas qualifiés par le CNU (et donc ne peuvent pas accéder à un poste à l'université) et sur l'ensemble des qualifiés, tous ne trouvent pas de poste (il y a dans certaines disciplines 5 à 10 fois plus de qualifiés que de postes disponibles sur l'ensemble du territoire). La qualification est valable 4 ans. Donc si au bout de 4 ans la personne n'a pas trouvé de poste, elle doit être qualifiée à nouveau (ce qui est plus difficile). Le MCF donc est ce qu'on appelle dans les médias un "enseignant-chercheur". Son service est 192h (éq. TD). Il fait des TD et des CM selon ses centres de compétences et également selon les besoins de l'université.

Le maître de conférences habilité à diriger des recherches (HDR) : comme le terme l'indique, il s'agit d'un MCF qui a passé une épreuve lui permettant d'encadrer des thèses de doctorat à l'instar des professeurs des universités. Son service est le même qu'un MCF normal à savoir 192h. Il est normalement plus pointu dans ses compétences qu'un MCF puisque l'HDR ne se délivre que sur la base des travaux de recherche.

Le professeur des universités (PR) : c'est un fonctionnaire comme le MCF et le HDR. Il en existe deux types. Ceux qui sont devenus PR par concours externe. Ils passent un concours organisé tout les deux ans. L'avantage est qu'il n'y a pas de limite d'âge et que par ce moyen on peut se retrouver agrégé très jeune (avant l'âge de 30 ans pour certains n'ayant pas perdu de temps). Ceux qui deviennent PR par concours interne. Dans ce cas il faut avoir 40 ans au moins et 10 ans d'ancienneté. Les premiers sont en général plus "glorieux" et on souvent des carrières plus brillantes que les second car étant donné qu'ils sont PR très jeunes, il peuvent accéder plus facilement aux plus hautes catégories (promotion) et derniers échelons (ancienneté) du poste. Leur service est de 128h.

Le professeur agrégé (PRAG) : c'est également un fonctionnaire. Celui-ci n'a pas de doctorat. C'est un enseignant du secondaire (lycée) qui a passé l'agrégation et qui est affecté dans une université. Etant donné que ce n'est pas un chercheur, il fait le double d'heures d'enseignement qu'un enseignant-chercheur. Son service est donc de 384h. Il peut faire des cours et des TD. Généralement il enseigne plutôt à bac+1 ou +2 (DUT ou L) mais certains avec des compétences particulières ou de l'ancienneté peuvent enseigner jusqu'en master. Historiquement il y avait une condition au recrutement d'un PRAG, celui-ci devait s'inscrire en thèse pour devenir MCF parallèlement à son service. Ceci n'est plus d'actualité. Du coup certains sont docteurs et d'autres non.

Le professeur certifié (PRCE) :  c'est un enseignant du secondaire qui n'a pas l'agrégation (mais à qui on attribue une certification). Son utilisation dans l'enseignement supérieur est donc assez limitée, il est formé pour intervenir en collège et lycée. De manière générale, le PRCE est recruté dans les disciplines où il n'existe pas de concours d'agrégation, ou encore quand il n'y a pas de candidats sur un poste de PRAG. Son profil à l'université est sensiblement le même qu'un PRAG, il fait 384h.

Le professeur associé à temps partiel (PAST) : C'est en général un professionnel (mais cela peut etre un enseignant-chercheur d'une université étrangère). Il est nommé par un conseil de l'université pour une durée limitée (entre 6 et 36 mois). Il doit posséder un diplôme équivalent à ceux permettant d'enseigner en université (doctorat, expertise comptable...), justifier de 7 ans d'expérience professionnelle dans la discipline enseignée dans les 9 dernières années, et enfin faire de la recherche. Il n'est pas fonctionnaire mais il est salarié. Il est généralement embauché pour un mi-temps de MCF (96h) mais peut faire davantage.

Le vacataire : Il y en a deux types également. (1) Le chargé d'enseignement vacataire. C'est toute personne (dont l'âge est compris entre 18 et 70 ans) que le responsable du diplôme juge pertinente pour venir faire un cours aux étudiants. Cela peut etre un ami, votre grand-mère, votre boulanger, qui vous voulez ! Pas de diplome particulier, pas de concours à passer. Il doit justifier d'une activité salariée et le montant de la rémunération secondaire (celle de l'université) ne peut excéder sa rémunération principale.. La liste des vacataires de l'université est votée chaque année par une commission. En principe, le vacataire intervient de manière très ciblée sur une compétence très précise dans le cadre d'un cours. Souvent il s'agit juste d'une intervention de 3 heures. C'est dans la plupart des cas un professionnel qui vient illustrer une pratique particulière d'enseignements plus théoriques qui ont été donnés par les MCF ou PR. Ceci a de grandes vertus pédagogiques pour les étudiants qui voient clairement comment les concepts qu'ils apprennent sont mis en oeuvre en entreprise. Il arrive souvent que le vacataire soit un collègue d'une autre université qui fait autorité sur un point précis du cours. Il vient alors faire une conférence de quelques heures sur son domaine de compétence. Il n'est pas salarié de l'université. Il ne peut pas intervenir plus de 187,65 heures (c'est précis ça !). (2) L'agent temporaire vacataire. C'est souvent un étudiant (un ancien allocataire qui n'a pas réussi à obtenir un poste d'ATER ou un ancien ATER qui n'a pas été recruté comme MCF et qui a encore sa carte d'étudiant). Pour lui permettre d'étoffer son cv, on va lui permettre de faire des enseignements. Cela peut également être un retraité. L'agent temporaire ne peut pas donner de cours mais uniquement des TD et TP. Son service maximum est de 96h (TD) ou 144h (TP)

Voilà je pense n'avoir oublié personne ! Il y a bien sûr des cas particuliers pour chaque catégorie (principalement pour les MCF et PR où il y a des classes et des échelons) mais je pense que l'essentiel est dit. Donc quand on voit la pléthore d'intervenants, qui pour les étudiants sont tous "le prof", on comprend pourquoi ces derniers ressentent parfois quelques disparités dans les approches, et ceci dans la manière d'enseigner ou de noter les copies ! C'est alors au responsable du diplôme de savoir harmoniser tout cela.

Publié dans La fac et les profs

Commenter cet article

wholesale freshwater pearl 13/03/2015 06:31

Very good stuff with good ideas and concepts, lots of great information and inspiration, both of which we all need.

biniou 11/12/2012 17:44

"un maître de conférence est un enseignant-chercheur, il est donc payé pour faire son service d'enseignement mais également pour son travail de recherche."

Toutafé, jusque là c'est correct.

"Si il ne veut plus faire de recherche alors il doit changer de métier."

Il doit, il doit,... Ca c'est la théorie, en pratique pourquoi le ferait-il ? *Rien* ne l'y contraint!

"Si il ne fait plus de recherche alors il devrait être licencié."

Oh la, comme tu y vas !!! Licencier un fonctionnaire ! Mais tu n'y pense pas, malheureux...
Sache que dans chaque université, une proportion non négligeable de MCF et de PU ne fait pas/plus de recherche. Je ne me risquerais pas à un pourcentage sur une université, mais il y a des filières
où ça tourne autour de 10-30%.
Mais attention, tous ne sont pas des individus malhonnêtes et s'investissent dans les tâches administratives (faire tourner une formation).

"Peut-il choisir également de ne plus faire d'enseignement ?"

Ben, non, ça c'est pas prévu... Pourquoi ? Parce que quantifier des heures de cours en présentiel, c'est facile, donc on le fait. Par contre, la recherche est une activité très difficilement
quantifiable parce qu'elle recouvre des activités très diverses, qui sont éclatées dans le temps: lire des papiers, taper du code ou un bout d'article, discuter entre collègues et thésard de tel ou
tel truc, assister à des présentations, etc, ça ne peut pas se comptabiliser en heures. Donc, si on ne le fait plus, personne ne s'en rend compte... jusqu'à la prochaine évaluation AERES! Mais bon,
au pire, la personne est alors inscrite sur une (gentille) liste d'EC "non-publiants"... et ça s'arrête là. La modulation de service prévue par la LRU n'est pas vraiment appliquée...

olivier 26/02/2011 17:17


Je voudrais parler du commentaire numéro 15.
Je ne comprends pas bien, un maître de conférence est un enseignant-chercheur, il est donc payé pour faire son service d'enseignement mais également pour son travail de recherche.
Si il ne veut plus faire de recherche alors il doit changer de métier. Si il ne fait plus de recherche alors il devrait être licencié. Peut-il choisir également de ne plus faire d'enseignement ?


Mona Zegai 05/04/2010 04:49


Êtes-vous sûr que l'agent temporaire vacataire ne peut pas assurer de cours ? Je n'en suis pas persuadée...


SC 20/07/2009 12:13

Mon soucis n'est pas que je ne fais pas de recherche : j'en fais mais ca me prend toute mon énergie, m'angoisse et cette angoisse envahit toutes mes pensées, y compris le soir, le we et en vacances... j'aimerais donc passer à autre chose afin d'etre plus serene dans la vie...PRAG me semblait une bonne idée, en effet je vivrais assez mal mes relations avec mes collègues de tous les jours si je décide de ne plus faire de rechere en temps que MCF...