Vie privée, vie publique...

Publié le par Mr le prof

Mois d'avril ne te découvre pas d'un fil... J'aurais bien fait de méditer cet adage avant d'accepter l'invitation d'un ami à aller faire de l'aviron.

Samedi, début du week-end. La météo annonce beau temps. La veille au soir, Fabien m'a proposé d'aller faire de l'aviron. Bonne idée, un peu d'activité physique ne pourra pas me faire de mal. Nous avons donc rendez-vous ce samedi matin dans un club d'aviron situé comme il se doit à proximité d'un point d'eau, une rivière en l'occurence.

Je suis arrivé le premier, déjà en tenue : short, t-shirt. Malgré le ciel déjà bleu, je me rends compte qu'en fait il fait plutôt froid ce matin ! Quand on passe son temps derrière un ordinateur et dans des salles de cours on est beaucoup moins conscient des aléas de la météo (on peut même oublier les saisons...). Je me dis que je risque finalement de regretter cette balade sur l'eau si je ne me couvre pas davantage. J'appelle Fabien pour savoir où il est. Il arrive mais pas avant 15mn. Parfait, il y a un Décathlon à 5mn de là, j'ai le temps d'aller m'acheter un haut à manches longues et surtout un slip parce que le calecon et le short ca laisse vraiment un courant d'air qui pourrait m'être fatal si je compte me reproduire à nouveau un jour ! Je remonte en voiture et me voilà dans le magasin. Je trouve de suite le haut qu'il me faut, à ma taille et couleur passe partout, je pourrai même l'utiliser de nouveau ! Deuxième mission : trouver un slip. Un qui ne laisse pas passer d'air surtout ! Je déambule de rayons en rayons... rien !

Ils en ont forcément ! Tous ces gens qui font du footing, ils ne peuvent pas courir sans slip ! Je refais un tour plus attentif du magasin. Toujours pas de slip en vue... Je ne dois pas être bien réveillé. Je vais donc être forcé, de bon matin, d'avoir une interaction sociale. Comme si j'en avais pas assez la semaine...  Mais cette fois-ci c'est pire, il va falloir parler à quelqu'un du monde du dehors de la fac - donc difficilement prévisible ce qui peut représenter une source de stress chez l'enseignant-chercheur. Un employé est au rayon Tennis en train de ranger des chaussures.
"Excusez-moi : où vous mettez les slips pour le sport ?
- Bonjour !"

Oula ! Effectivement, je n'ai pas dit bonjour c'est vrai, mais bon... Il me semble que le personnel en contact est plutôt là pour aider les clients que pour les reprendre sur leurs formulations. D'autant que je n'ai pas l'impression d'avoir été impoli...

"Pardon ! BONJOUR ! Auriez-vous l'amabilité de me dire où sont les sous-vêtements masculins s'il vous plaît ?
- Non mais bonjour !"

Il doit y avoir une caméra cachée chez Decathlon aujourd'hui ! Qu'est ce qu'il a lui ?

"Bonjour Monsieur, c'est Gregoire ! Je suis un de vos étudiants !"

Je le regarde. Des étudiants, j'en ai environ 700 par an, alors il est bien gentil mais... Pourtant... Quelle horreur ! Je le reconnais. C'est bien à un de mes étudiants que je suis en train de demander un slip ! Je suis mort. Je serai à jamais celui qui sous ses costumes porte des slips de sport Décathlon ! Cela va se dire de génération en génération d'étudiants ! Chaque fois que je vais leur expliquer quelque chose, ils ne m'écouteront pas, ils seront obnubilés par l'idée que peut-être dessous je suis en slip kangourou ! Reprenons nous ! A force d'être souvent dans ses pensées, on s'égare un peu... Enfin, le point positif c'est que je me retrouve en terrain connu. L'université est un "tout petit monde" et une interaction avec un étudiant dans cet endroit a finalement quelque chose de rassurant.

"Bonjour Gregoire ! Qu'est ce que vous faites ici ?" J'ai honte de ma question. Comme si je ne voyais pas ce qu'il fait ici !!! Mais bon, je ne sais plus quoi dire... Cela aura le mérite de le faire parler le temps que j'avise un peu...
"Je travaille ici le week-end et aussi un peu en semaine." Je note au passage que j'ai de plus en plus d'étudiants qui travaillent en marge de leur études pour les financer. Je l'ai remarqué quand je fais des changements de planning de dernière minute. Je reçois des mails qui m'expliquent que l'étudiant s'est déjà engagé auprès de son employeur et qu'il ne peut pas assister à un TD dont l'horaire a changé.
" C'est sympa ?
- Oui super, il y a une bonne équipe, c'est plutôt détendu, c'est un grand magasin alors on peut faire pas mal de choses différentes, c'est moins fastidieux...
- Super !" Décidemment, le dieu de la conversation n'est pas avec moi ce matin... Tant pis, je le laisse embrayer, inexorablement...

"Donc, vous cherchez quoi ? des slips ?"

Je pourrais mentir à ce moment là et m'échapper mais je vais quand même pas me laisser contrarier pour une brèche dans la frontière entre mes deux vies. Cela fait longtemps que j'ai pris sur moi et accepté que je pouvais croiser des étudiants dans le monde réel ! Assumons jusqu'au bout, et on verra bien...

"Oui tout à fait, j'ai fait le tour du magasin et je ne les trouve pas !
- Je crois qu'on les a déplacé, je viens avec vous".

De mieux en mieux. Je ne peux pas lui en vouloir, il veut juste être aimable, nous voilà donc parti dans les rayons en discutant du fait que je n'habite pas très loin de là et que je vais faire de l'aviron ce matin ! Nous arrivons donc au rayon.

"Voilà ils sont là.
- Merci Gregoire. A très bientôt"

Je fouille, il n'y a pas ma taille. Tout ça pour ça ! Gregoire est resté là, il discute avec une collègue à lui. Il s'aperçoit que je ne trouve pas. Décidememnt cela ne va jamais s'arrêter !

"Vous ne trouvez pas ?
- Il n'y a pas ma taille." Autant aller jusqu'au bout maintenant !
"Vous faites quoi comme taille ?
Je ne pensais pas avoir à dire ça un jour à un de mes étudiants !
- du M..."
Il se met lui aussi à fouiller. Sa collègue l'aide. Je me retrouve avec deux personnes qui m'aident à trouver un slip de sport dans un magasin !!! Bien entendu les fouilles s'avèrent infructueuses. Est-ce que le supplice va enfin s'arrêter ? Ce serait sans compter avec l'acharnement de ce Gregoire! Je sais qu'il ne se rend pas compte de la situation et qu'il a juste envie de m'aider. Il s'est mis en quête de me trouver mon slip coûte que coûte !!! Il prend son téléphone !
"Allo Laurence ? C'est Greg... On a plus de slips homme taille M en rayon... Oui ?... ok... tu peux amener de suite ?... super, merci ! C'est bon monsieur, il y en a en stock ils arrivent."

C'est quoi la prochaine étape ? Un appel au micro pour dire que je suis là à attendre mes slips ??? Je me retrouve donc à attendre les désormais inoubliables slips entre Gregoire et sa collègue. Et puis voilà Laurence qui se ramène avec un sac de slips ! Du coup j'en prends trois... A y être, qu'elle ne soit pas venue pour rien ! Si un jour je me retrouve encore en rupture de slip, j'achète par correspondance !

Commenter cet article

Matthieu 05/10/2014 18:06

Mon Dieu, d'où vient donc cette idée selon laquelle il y aurait une frontière entre la vie "réelle" et la vie universitaire ? Il y a peu, je le pensais encore mais depuis que je connais un de mes
anciens profs intimement, je trouve cela du coup, assez saugrenu ! Ah, pardon, BONJOUR !

Steph (Technofeliz) 28/05/2009 09:41

Je viens de découvrir un truc fondamental en lisant cet article : il y des professions qui sont condamnées à ne pas pouvoir aller acheter eux-mêmes leurs slips... :)

Tiens, au passage, je me demande comment font les hommes politiques... :D

Mr le prof 28/05/2009 10:10


Je pense qu'il faut assumer et faire la part des choses, mais il est vrai qu'en terme d'image on ne peut pas acheter n'importe quoi n'importe où... Même si le rôle public est différent de la vie
privée, je sais très bien que l'étudiant ne fera pas toujours la part des choses. J'imagine par exemple une enseignante qui achèterait un sex toy sans se rendre compte qu'au guichet elle a une
étudiante. Sur le fond c'est son droit, mais dans la pratique je pense que les cours suivants en amphithéatre seraient très mouvementés. Mais encore une fois, c'est juste une question d'assumer ou
pas. Si on n'assume pas, aujourd'hui tous les produits sont en vente par correspondance. Ensuite on peut s'aménager deux personnalités. Ca peut paraitre étrange dit comme cela mais par exemple
c'est mon cas. A la fac je suis toujours en costume et lunettes. Dans ma vie de tous les jours je suis plutot jean basket et je ne porte pas de lunettes, il m'arrive souvent de croiser des
étudiants qui me passent à coté sans me reconnaitre. C'est bien pratique... Ici, pour le slip, le problème est que je ne l'avais pas reconnu et que je lui ai adressé la parole. Là il m'a reconnu,
même dans ma tenue de "vie normale" !


salvanah 06/05/2009 20:34

Cette histoire de slip est vraiment très drôle ! Mauvais concourt de circonstances quand même... Mais si le fameux Grégoire voulait aider à ce point, je doute qu'il passe ensuite les heures de cours à repenser à cet épisode. Il n'aura probablement parlé de cette rencontre qu'à quelques uns de ses proches camarades :-)

BBK.mel 11/04/2009 14:45

Excellent ! Des étudiants qui travaillent, il y en a en effet de plus en plus. Au delà des problèmes d'emploi du temps de plus en plus figés, il y a aussi les problèmes de fatigue. Et ça, c'est plus difficile à résoudre.

Valanos 09/04/2009 20:56

Les EC, professeurs sont des gens comme les autres, pas de honte à avoir. J'ai déjà croisé mon directeur d'équipe dans un Casino, il faut bien faire ses courses quelques part. Mais j'imagine bien la situation plutôt troublante.