Les jolies filles ont la belle vie

Publié le par Mr le prof

Elle s'appelle Laurie. Elle me parle toujours d'une manière gênée et d'une voix à peine audible. Elle ne demande mon aide que lorsqu'aucune autre alternative ne se présente à elle. Chaque fois que je me mets en face d'elle pour lui expliquer quelque chose, elle rougit. En deux mots, je crois que j'ai la côte ! Laurie n'est pas ce qu'on peut appeler une jolie fille. Surpoids, acnée mal soignée, des lunettes et une frange qui empêchent véritablement de bien voir son visage, des vêtements amples qui ne renseignent pas du tout sur ses formes. Elle n'a que des copines, je ne la vois jamais parler avec des garçons. Elle a l'air de ne pas se trouver assez jolie pour aller leur parler.

Comme je le disais récemment ici ou ici, chaque fois qu'une fille me fait les yeux doux pour quelque raison que ce soit, c'est toujours une très jolie fille. Les jolies filles savent souvent qu'elles sont jolies, et savent également que c'est un moyen de persuasion. Depuis leur jeune âge, un simple sourire a parfois convaincu papa de pas les gronder, un simple sourire leur a permis de se faire des amis garçons qui ont pu servir leur intérêt, leur physique a toujours été une arme. Aussi, elles n'hésitent pas à s'en servir quand ça les arrange, et qui pourrait leur en vouloir. Chacun doit se battre avec les armes dont il dispose. Une jeune fille rompue à l'art de la séduction sait très bien que si elle joue finement elle a tout à gagner. Pour ce qui est de la relation étudiant / enseignant, c'est la même chose. Un sourire à un professeur ne coûte absolument rien, pas plus qu'un peu de "rentre-dedans". Si cela est fait innocemment personne ne pourra le reprocher. Et au pire, elles peuvent penser que si l'enseignant se fait séduire, ça peut peut-être rapporter un point ou deux. On pense gagner d'un côté, on ne perd rien de l'autre, pourquoi s'en priver ?

J'ai vu un film il y a une quinzaine d'année, il me semble que c'était un Stephen Frears (si qqu'un se souvient du titre merci de me le laisser en commentaire), ou deux types discutent dans un bar sur l'intelligence des femmes. L'argument est que les jolies filles sont nécessairement moins intelligentes que les autres. Avec un langage assez rustre (on est accoudé au comptoir) l'idée développée est que depuis petites les jolies ont eu moins d'efforts intellectuels à faire car elles ont souvent tout obtenu par leur beauté, alors que les autres ont toujours du se battre et faire preuve d'intelligence pour obtenir ce qu'elles voulaient. C'est une scène assez comique dans mon souvenir, mais c'est à revoir. Ce qui paraît évident dans la culture populaire, c'est que la beauté (réelle ou perçue) joue sur le caractère et la confiance en soi. Dans un autre film (l'amour extra-large) les deux héros ont une discussion sur le sujet :
" Je n'aurai jamais cru qu'une fille aussi belle puisse posséder une telle personnalité...
- C'est surement un ex vilain canard.
- Quoi ?
- Elle a pas dû être très belle avant le secondaire. Donc sa personnalité a dû se développer par nécessité, c'est une loi de l'évolution !
- Tu sais quoi ? C'est pas con du tout ta théorie, elle est bien trop mignonne pour être aussi gentille !
- Ben en plus, parfois elles sont laides si longtemps qu'elles ne se rendent pas compte qu'elles sont devenues jolies. C'est que l'idée visuelle de la fille moche est gravée très fort en elle. Ta copine est une vraie perle !"

A l'université, la théorie de nos deux compères trouve peut-être à s'appliquer. Ce que je remarque, c'est que dans les filières sélectives, plus on monte vers le haut (M2) et plus on a de jolies filles. Toutes belles et intelligentes ?  Certes. Je ne dis pas qu'elles ne sont pas intelligentes. Mais pourquoi serait-ce aussi systématique ? Et surtout, alors qu'on nous bassine que l'obésité guette nos jeunes, dans les M2 qui ont un bon taux de placement en entreprise (donc les plus demandés) on a quasiment aucune fille qui soit clairement en surpoids. Pourquoi ?

Ce que je vais dire n'engage que moi et se base surtout sur l'observation des quelques milliers d'étudiants que j'ai vu passer en quelques années. Il faut relativiser, mais profitons pour lancer le débat et si vous aussi êtes à l'université, n'hésitez pas à me dire si la situation est la même dans vos promotions. Bien entendu, je ne parle que des extrêmes (les très jolies, et à l'autre bout, les moins jolies ou du moins qui le pensent), la plupart des étudiantes ne sont pas concernées par ce qui va suivre. Je ne parle que des filles, mais bien entendu ceci est vrai pour les garcons. Mais le fait que je suis moi-même un homme entraine que la relation de séduction qui peut apparaitre soit généralement à l'initiative des filles. Si j'avais été une femme, j'aurai pu attaquer les lignes qui suivent en parlant des garçons.

Alors bien entendu, on va pouvoir dire qu'une personne qui n'arrive pas à se discipliner pour maigrir, n'a peut-être pas la discipline pour réussir ses études. Je crois hélas que c'est plus compliqué. Si je prends l'exemple de Laurie et le contre-exemple de Pauline, Laurie n'ose pas m'appeler quand elle a un problème, elle préfère demander à ses amies car toute interaction avec une personne du sexe opposé la met mal à l'aise. Elle est timide, elle complexe, elle n'ose pas. Pauline, elle, n'hésite pas, au moindre souci, elle s'arme de son beau sourire et me demande ou demande à quelqu'un qui sait (garçon ou fille). Elle est naturellement portée vers l'interaction sociale. Dans ce cas, le film dont je parlais plus haut trouve ici son application. Depuis toujours, que ce soit à l'école, en boite de nuit, dans la rue, les interactions répétées ont formé cette jeune fille qui se trouve vraiment à l'aise dans cette situation et sait en tirer partie. Laurie, elle, n'aura que les explications de ses copines proches.

Deuxième phénomène. Le travail de groupe. Dès la licence, dans les filières professionnelles il y a beaucoup de travail en groupe. L'entreprise est un lieu social, il est normal que ce paramètre entre dans la formation. Du coup, pendant trois ans (L3, M1, et M2) les étudiants ont des notes sur des projets qu'ils rendent en équipe. Pauline n'a aucun souci pour trouver un groupe, et changer de groupe régulièrement. Ceci va lui permettre d'affiner sa maitrise des interactions sociales en brassant un maximum de personnalités différentes et en étant confronté à des situations différentes, des idées différentes à chaque fois. Laurie, elle, si on ne l'oblige pas formellement, reste toujours avec son noyau de copines. Elles ne sont pas bêtes, elles font du bon travail, mais on voit bien qu'elles ne sont pas bien préparées à affronter beaucoup de situations. Elles se connaissent par coeur, elles ont une façon de travailler quasi automatisée, avec une répartition des tâches qui est quasi toujours la même. Au fil des années, les notes qu'elles obtiennent sont moins bonnes que les autres.

A l'oral c'est la même chose. Imaginez le calvaire que peut être une présentation de 15mn devant un groupe de TD de 25 personnes pour une fille qui a du mal à adresser la parole à un garcon. Inversement une jolie fille est moins stressée. Dans le premier cas, on a une étudiante dont la voix tremble et qui gère tellement son stress que le contenu est parfois mis au second plan car tout le monde est focalisé sur les mimiques de stress. Dans le second cas, l'aisance et le physique sont mis au service du discours. C'est le principe de la force de vente dans le marketing. C'est toujours agréable quand je vais chez le médecin et que dans la salle d'attente il y a une commerciale de labo qui attend son tour pour vendre ses produits au médecin. On parle des CV anonymes dans le futur, j'ai du mal à croire que dans les fonctions commerciales on puisse se résigner à cela. Ceci sera d'ailleurs mon dernier point.

Nombreux sont les métiers qui demandent de bonnes capacités sociales. Une ouverture vers les autres, une capacité à séduire. Il est alors probable que les jolies filles aient ici aussi un avantage. Leur physique dans ce contexte apparait comme une compétence. Je me doute que certains en train de lire ce texte sont en train de s'offusquer et je les comprends. Mais qu'ils aillent faire un tour chez Abercrombie & Fitch par exemple (puisque cette marque assume pleinement ses critères d'embauche), et qu'ils se demandent ce qui a guidé le choix de l'embauche du personnel. Alors bien sûr il n'y a pas que ça dans la vie, on peut trouver plein de travail par ailleurs. Mais cela n'empeche que dans la masse des emplois disponibles, tous ceux qui sont basés sur le physique sont autant d'opportunités offertes en plus à ceux et celles qui ont un physique agréable. Ceci peut jouer dès la sélection dans les filières d'études A notes égales, on préfèrera prendre l'étudiant(e) qui a les meilleures appréciations (étudiante agréable, participe activement, etc). Les complexées auront ainsi moins de chance d'intégrer des filières sélectives. En outre, un(e) étudiant(e) ouvert(e) socialement aura plus de chance de trouver rapidement un emploi et ainsi grossir les statistiques de placement des étudiants (et ainsi augmenter la qualité du diplome). A lire : Armadieu J.-F. (2005), Le poids des apparences: Beauté, amour et gloire, Odile Jacob.

Si vous vous dites qu'il vaut mieux être un garçon, rendez vous au prochain billet...

Commenter cet article

eleonore 01/07/2015 20:12

l'aspect sociologique de l'etudiante qui arrive en master selectif est totalement eludé, on penseait qu'in prof de fac serait plus au courant que ça sur le sujet, mais c'est peut etre davantage "l'homme " qui parle et ça ne donne rien de bon...

J167 25/05/2015 08:46

Il y a aussi des filles pas très jolies bien dans leur peau, et inversement, de belles filles très mal à l'aise. La plus jolie fille de ma classe qui est aussi très sensible et mature, est vraiment très mal dans sa peau, ne se trouve pas belle, se dévalorise en permanence et est complètement éffacée et passive. Pourtant elle est objectivement très jolie (visage fin, corps mince et bien proportionné), une grande maturité ou une enfance difficile peut aussi expliquer pas mal de choses, tout ne passe pas par le prisme du physique. Je pense que tout se joue sur l'éducation, l'estime de soi qui s'instaure dès le plus jeune âge, une fille au physique pas très avantageux peu très bien s'apprécier à tout les niveaux et une jolie fille peu douter de tout y compris de son physique.

claire 24/04/2015 10:57

Derrière les entournures du genre "il faut relativiser" ou l'emploi du conditionnel, ce que je peux lire de vous ici est proprement choquant. Je me permet de prendre le contre - point de votre analyse - si toutefois on peut l'appeler ainsi - Dans beaucoup de filières telles que les sciences humaine et la littérature, il y a principalement des femmes. j'emploierai d'ailleurs le mot femme et non fille. Et oui monsieur, ce sont des femmes que vous avez en face de vous et le vocabulaire choisi et votre discours en dit long, sur la dimension patriarcale qui s'instaure entre professeur et élève. Des relations parfaitement malsaines qui selon moi sont le résultat d'une société machiste où les femmes sont plus nombreuses que les homme sur les bancs des universités et en revanche beaucoup moins à représenter des post de grande importance. La grande injustice est là et quotidiennement se traduit par regard que porte les hommes sur notre travail comme en témoigne les généralités infondées que vous venez de nous servir. Il semblerais que l'esprit de beaucoup d'homme une Belle femme est dans la séduction pour parvenir à ses fins. C'est le mythe d' Adam et Eve, des clichés et atavismes qui perdurent depuis 2000 ans. En tant que prof vous devriez avoir un minimum de recul sur les clichés que vous véhiculez.

De la part d'une étudiante

Arilyn 14/12/2013 02:17

Et c'est un prof qui a écrit ça ? Hé bien bravo... C'est juste une honte. Et vous avez beau donner des arguments pour illustrer vos propos, ça ne tient pas debout, c'est faux. Sérieusement, je
n'arrive même pas à croire que vous soyez professeur. Enfin, pourquoi pas après tout, il y a bien des idiots partout, même chez ceux qui ont fait de longues études, et chez les profs. Mais quand
même... Et pour info, une jolie fille peut être terrorisée pendant un exposé devant sa classe de TD, oui, ça existe. Bref, je vous met 0 sur 20 ;)

De la part d'une étudiante.

manon 16/05/2011 19:51


analyse vaine ,superficielle et fausse... le caractere n'a rien a voir avec l'aspect physique de la personne.