C'est pas la fête des grand-mères !

Publié le par Mr le prof

Hier c'était la fête des pères, mais en ce moment ce n'est pas la fête des grand-mères ! En cette période de sessions 2 des examens de fin de semestre vous ne pouvez pas imaginer l'hécatombe de grand-parents dont les étudiants me font part pour justifier leurs résultats. Je reçois des e-mails dont le prototype est à quelques choses près celui-ci :


Monsieur le Prof,


J'ai eu connaissance de mes résultats. A mon plus grand regret je n'ai pas été admis(e). Je souhaiterais vous rencontrer pour vous faire part des problèmes familiaux qui m'ont empêchés de passer mes examens dans les meilleures conditions, en particulier le décès de ma grand-mère pendant la semaine de révision.


Je vous prie d'agréer, monsieur, l'expression de mes sentiments respectueux.


Eh oui !  En approche de jury j'ai droit aux "salutations respectueuses". Le reste de l'année c'est plutôt "cordialement".


La plupart du temps, même s'ils ont une vingtaine d'années, on est encore au niveau des justifications de mauvaise foi telles que j'en entendais quand j'étais collégien : "ma mère a renversé de la menthe sur mon devoir, mon chien l'a mangé, mon devoir a pris feu, etc etc" (si certains ont des perles à mettre en commentaire n'hésitez pas). C'est ce que j'appellerai le premier niveau...


Le problème dans cette situation est qu'il y a sûrement des étudiants qui ont de vrais problèmes familiaux ou de santé qui peuvent éventuellement expliquer un échec et ainsi obtenir la clémence du jury qui pourra relever un demi-point ou accepter un redoublement. En même temps si je suis clément juste sur la base d'un e-mail, l'an prochain c'est 50 mails que je vais recevoir pour me dire que le grand-père, la grand-mère, le chien ou le voisin sont décédés pendant les examens ! Donc je demande quelque chose qui ne doit pas être facile pour un étudiant vraiment endeuillé, je demande un certificat (je ne peux quand même pas leur demander de m'amener un doigt ou une main de leur grand-mère...) ! Et je fais de même d'ailleurs avec tous les éléments qui peuvent avoir gêné les examens car je n'ai pas que des décès de grand-parents, j'ai des accidents de la route en venant aux examens, des migraines subites, etc. Le certificat de décès, ou la main-levée de la police en cas d'accident, ou un vrai certificat médical sont donc des éléments que l'étudiant peut porter à ma connaissance en tant que président du jury. Ce n'est pas obligatoire, et je ne sais même pas si je suis en droit de le demander, c'est pour cela que je dis simplement que le jury ne prendra en compte que des éléments avérés et certifiés dans ses délibérations et que tout étudiant ayant une raison jusitifiée d'avoir échoué à ses examens peut donc communiquer au jury tout document pouvant en fournir la preuve.


Le premier avantage de cette situation c'est que j'ai au final moins de dossiers à traiter car la plupart abandonnent là leur projet de justifier leur échec par de fausses raisons. Mais certains persistent !


Le deuxième niveau est représenté par la tentative de justifier l'impossibilité de produire un document attestant l'excuse. Finalement la grand-mère n'est pas vraiment la grand-mère mais sa meilleure amie qui était devenue aussi importante dans le coeur de l'étudiant(e) et aller demander un certificat de décès à la famille de cette personne serait tout à fait déplacé, donc pas de possibilité. Autre excuse : ma grand mère vit à l'étranger et les choses sont très compliquées pour obtenir un certificat... Les étudiants étrangers en échec profitent de cette situation pour justifier des choses difficilement contrôlable. Je me souviens d'un collègue qui, il y a quelques années, avait opté pour la clémence dans le cas d'un étudiant dont les deux parents avaient été tués lors d'un attentant dans un pays connaissant de graves conflits à l'époque. L'étudiant avait été diplômé et était passé dans une autre promotion dans un autre département. Dans cette promotion, j'intervenais en tant qu'enseignant extérieur. Et en fin d'année lors d'une discussion avec l'étudiant au sujet d'un oral, un enseignant s'était entendu dire que s'il mettait une note trop basse, les parents (normalement décédés) allaient couper les vivres de l'étudiant et il serait obligé de rentrer dans son pays...


Et puis il y a le troisième niveau. Celui où l'étudiant va jusqu'au bout en produisant un faux document. Cette année j'en ai vu deux. Premier cas. Un étudiant est soit disant victime d'un accident en allant aux examens. L'étudiant en question porte ceci à ma connaissance deux semaines avant le jury de février alors que l'accident est censé avoir eu lieu le dernier lundi ouvrable de décembre, le premier jour des examens. Déjà cela part mal : pourquoi avoir attendu un mois pour me signaler cet accident ? Je dis bien sûr à l'étudiant qu'il peut me fournir tout document pouvant attester cela, et que le jury acterait sur des documents et non sur des paroles. Je recois une semaine avant le jury un document (un vrai) produit par une des principales multuelles étudiantes. Visiblement, l'étudiant en question les a contactés pour leur servir la même histoire, résultat, la mutuelle adresse un courrier à l'étudiant, et c'est ce courrier que l'étudiant m'envoie :


Monsieur,


vous avez été victime d'un accident le 0/01/2009. Nous vous invitons à nous retourner dans les meilleurs délais la déclaration d'accident corporel ci-jointe, un certificat médical initial, descriptif des blessures. Si vous avez subi des dommages dentaires un certificat de votre chirurgien dentiste précisant les dents qui ont été endommagées et en cas de reconstitution les dents concernées.


Dans cette attente, etc etc.


Il aurait pu aller plus loin en leur envoyant une fausse déclaration... En tout cas, quelque part c'était pas mal vu de sa part de contacter la mutuelle. Le seul problème est que la mutuelle en question doit être habituée à ce genre de demande en période de jurys et j'ai trouvé intéressant qu'elle ne précise pas de date "0/01/2009". Probablement pour ne pas se mouiller...


Et puis il y a le faux, le "vrai" faux, celui qui est entièrement conçu et produit par l'étudiant. J'imagine que j'ai dû en "avaler" quelques uns s'ils étaient bien faits. Mais cette année j'en ai eu un que même un gamin de 10 ans aurait pu déceler. L'étudiant a été absent pendant les examens car il a du être hospitalisé. Il joint alors à son courrier un certificat médical. Dans l'en-tête de ce certificat, l'adresse e-mail à contacter est une adresse hotmail.fr ! Bizarre pour un centre hospitalier mais bon, je passe à la suite, c'est peut-être un hôpital très pauvre... Il manque un chiffre au numéro de téléphone fixe ce qui donc empêche de téléphoner pour vérifier... en revanche il y a un telephone portable complet et ensuite toujours dans l'en-tête, le nom du médecin : Dr X X (on va dire Pierre Dupont) de la faculté de médcine du Paris ! Consultation sur Rendez-vous. Des rendez-vous sont réservé chaque jour pour les urgences... Pour le plaisir quand même j'ai composé le numéro du téléphone portable, en espérant entendre un numéro d'imitateur de médecin. Répondeur, plusieurs fois. Un mois plus tard, j'appelle, ça décroche ! Au lieu de demander le Dr Dupont, je demande juste le prénom comme si j'étais un ami. Et là on me dit qu'il n'y a pas de Pierre à ce numéro.
- ah bon ? je ne suis pas sur le portable de Pierre Dupont ?
- ah non pas du tout (avec une voix bien jeune...).


Voilà ! Un mois plus tard, le copain avait dû oublier les consignes ou le nom du médecin... On ne peut décidemment compter sur personne !

Commenter cet article

Samuel 30/07/2009 00:24

Les excuses liées à l'informatiques deviennent courantes effectivement... Je suis toujours impressionné de constater la fragilité du matériel informatique de nos jours...
Un étudiant de L3 lors de sa soutenance de stage a voulu m'expliquer le pourquoi du nombre conséquent de fautes d'orthographe en prétextant une panne au dernier moment de son imprimante : il n'aurait pu ainsi imprimer le bon document...

Par ailleurs, on peut relever le sérieux de quelques étudiants : son grand père décédé la veille un étudiant de M1 a voulu tout de même passer sa soutenance alors même que je venais de lui proposer de la décaler....

Mr le prof 30/07/2009 08:42



Vous avez bien raison. Je ne demande plus que des PDF pour éviter les pannes d'imprimantes... Mais maintenant ce sont les modems qui tombent en panne !



Sachin 28/07/2009 10:44

Ah j'oubliais mes perles. J'ai eu deux cas dans mon cours de référencement:

"j'ai perdu ma chère clé USB, je l'adorais et je suis effondrée car c'est mon copain qui me l'avait offerte, je ne peux refaire le devoir"

"le disque dur a brûlé et fondu, je peux le démonter et vous l'amener si vous le voulez"

Mr le prof 30/07/2009 08:45


Ca me rappelle un étudiant qui m'avait dit "mon coloc a renversé du sirop de menthe sur mon dossier, il faut que je le refasse entierement, j'aurai pu vous l'amener plein de menthe mais ca vous
aurai pas plu !". On devait se revoir l'apres midi, je lui ai dit, c'est pas grave, j'ai vu pire, amenez le moi même s'il y a de la menthe dessus... L'après-midi, l'étudiant était absent...


Sachin 28/07/2009 10:41

C'est mon premier commentaire sur ce blog que je lis avec intérêt. Ce billet me fait penser à un passage de Terry Pratchett où le Commandant de la garde met dans les droits de ses employés qu'ils n'ont pas droit à plus de 4 jours de congés pour cause de "décès de grand mère" par an. :-D

Mr le prof 30/07/2009 08:46


Oui c'est tout à fait ca !


Marianne 12/07/2009 09:06

Un jeune homme m'a fourni, pour justifier ses absences,plusieurs certificats médicaux originaux signés par... un gynécologue...

Doomyflo 08/07/2009 08:25

J'ose même pas imaginer s'il y avait eu en plus une canicule...
félicitations pour la qualité et l'humour ds vos billets...une épouse de prof ;-)