Tristes portiques

Publié le par M le Prof

Les anthropologues apprécieront peut-être la contrepèterie... Désolé pour la petite absence la semaine passée mais j'ai été contraint de m'absenter quelques jours.


Ceci étant dit, je voulais juste profiter d'un petit moment de temps libre en attendant le repas pour vous raconter une petite histoire. C'était il y a assez peu de temps, au printemps, je devais aller donner un cours à la capitale. Cela m'arrive parfois car je suis compétent sur un domaine où il y a pas mal de demande en formation et nous sommes assez peu nombreux sur cette spécialité. Le cours était de 8h à 12h00 et 13h30-17h30, une journée bien remplie, mais à prendre l'avion, autant que je "rentabilise" mon déplacement.


Le cours débutant à 8h j'avais choisi d'arriver la veille car j'ai horreur de me lever à 4h du matin pour aller prendre l'avion aux aurores et être à Paris avant 7h le temps ensuite de prendre le RER et arriver à la fac. J'étais donc parti tranquillement la veille à 17h et j'en avais profité pour téléphoner à ma cousine et lui demander de m'héberger. Me voilà donc à l'aéroport comme souvent. J'avais juste pris mon cartable avec mon PC portable, une clé USB, un bouquin pour le trajet, et une mini-trousse de toilette avec tous les accessoires dans un sachet plastique comme préconisé en prenant garde de n'y mettre aucun flacon de liquide dont la contenance est supérieure à 100ml et une tenue de nuit (boxer gris & t-shirt gris...).


J'enregistre et j'arrive à l'embarquement. Comme d'habitude une file d'attente qui n'en finit pas avec, au bout, un employé qui nous oriente vers les portiques de contrôle. En patientant, je regarde ces employés qui répètent les mêmes gestes inlassablement. Une femme passe sous le portique, elle déclenche la sonnerie, l'employé se rapproche d'elle et lui demande si elle a encore sur elle ceinture, montre, etc. Rien... Il la fait mettre les bras en croix et passe un détecteur près de son corps. Rien... Elle passe. Suivant... même cirque. Je regarde ce spectacle en me disant que ces employés doivent vraiment être lassés en fin journée de faire 1000 fois la même chose. Mais au fond je crois que ça m'est un peu égal, je pense à mon vol, à ma soirée chez la cousine et à ma journée de cours du lendemain... Assis à coté du portique,, un homme qui regarde à travers un écran ce qui passe dans l'espèce de scanner qui permet de voir ce qu'il y a dans les sacs et cartables. De temps en temps il stoppe le tapis déroulant, revient en arrière, regarde de plus près, éventuellement appelle un collègue, et ca repart...  Je ne souviens au passage des cassettes videos que ce type d'instrument avait rendues inutilisables à mon retour de Cuba il y a une dizaine d'années...


Arrive mon tour, je suis habitué, j'enlève ceinture, lunettes et montre, et je sors de mes poches monnaie et clé de véhicule. Je mets le tout dans la bassine blanche avec ma veste et mon portefeuille. Je passe le portique et comme d'habitude, je ne déclenche aucune sonnerie et du coup on me laisse me rhabiller rapidement pendant que j'attends mon cartable. Et là justement... ça traîne. Le tapis est arrêté et il y a trois personnes autour de l'écran.

"C'est bien ce que je crois ?
- je pense bien
- oui sans aucun doute !"


On dirait qu'ils parlent de mon cartable ! C'est très étrange, que croient-ils voir dans ce cartable que j'utilise tous les jours pour aller à la fac ???

"Monsieur ?
- Oui ?
- Veuillez me suivre !"

Oulà ! Ca y est ! On se croirait dans un film d'espionnage... Je suis tranquille car je sais qu'il n'y a rien dans mon cartable donc j'avoue que je suis plutôt content de la situation et je me demande ce qu'il va se passer. L'employé qui me précède me laisse finalement devant un guichet et pose mon cartable sur le comptoir. Une femme est derrière ce comptoir. Elle doit s'ennuyer horriblement ! Elle est toute seule à attendre des gens comme moi, et j'ai l'impression qu'on ne lui en amène pas beaucoup ! Elle me demande poliment si elle peut ouvrir mon cartable et fouiller dedans. Je lui dis que je ne cache absolument rien et qu'elle peut fouiller tant qu'elle veut. Je comprends à son visage qu'elle est bien obligée de me poser cette question... Elle se met au travail pendant que je contemple dehors l'avion que je vais prendre et que je me remémore le début du film "Destination Finale". Elle ouvre et tombe d'entrée sur mon boxer. Elle sourit et moi aussi. Je me justifie et puis elle est souriante alors j'ai envie de lui parler. Je vous ai dit que j'étais sociable !

"Je pars juste pour la journée alors j'allais pas me trainer une valise, j'ai tout mis dans mon cartable !

Elle s'arrête de fouiller en voyant mes feutres pour tableaux blancs et mon pc portable

"Vous allez à Paris pour le travail ?
- eh oui.... J'aurais pu partir demain matin mais ça me faisait trop tôt, alors je passe la nuit là bas et je reviens demain en fin de journée
- ah oui et vous faites ça souvent ?
- Ca m'arrive, je suis prof à la fac, et je donne des cours pour la journée sur des thèmes bien précis, mais sinon j'enseigne ici, pas à Paris.
- Ah bon ? Ca doit être très intéressant. Il y a beaucoup d'étudiants ?
- Non une trentaine, ce sont des masters. Et effectivement comme vous dites c'est intéressant et  je vous l'avoue j'aime bien ce métier, on voit beaucoup de monde en toutes circonstances, vous voyez comme maintenant... on se parle, c'est agréable"
- C'est bien vrai..."


On finit par les formules de politesse et les sourires. Elle me souhaite un bon voyage. Je la remercie et je lui dis que peut-être nous nous reverrons lors d'un prochain contrôle... Je pars en me disant que la pauvre fille doit pas avoir souvent l'occasion de discuter et que je serai horriblement frustré si j'étais à sa place, car moi je suis un moulin à paroles comme on dit...


J'arrive à Paris, Taxi jusqu'au domicile de la cousine. Soirée tranquille autour d'un bon repas. Discussions de politesse avec elle et son mari car je n'ai pas l'impression d'avoir grand chose à leur dire. Leur compagnie m'aurait suffit mais comme souvent, on cherche à combler le silence. Finalement, je vais dans ma chambre. Je sors mes affaires. Ma trousse de toilette, un casque audio pour écouter un peu de musique... et là au fond du cartable je vois un objet que j'avais mis là deux jours auparavant (il fallait que je découpe une page dans un magazine) et que j'avais oublié... Ce qu'avaient vu les trois employés à l'écran c'était bien la lame d'un cutter ! Et cette fille, dont les journées doivent être tellement longues sans parler, a préféré discuter avec moi plutôt que fouiller en détail mon cartable. Comment lui en vouloir ?

Publié dans Général

Commenter cet article

Post-Doc 29/08/2009 12:38

Petit joueur
Le top du top c'est 3 correspondances, avec de l'éléctronique fragile en baggage a main.
Surtout si dans l'imagination d'un garde ca peut ressembler a une bombe.
Je ne parle pas du jeux de sourire avec l'hotesse au sol pour ne pas payer les X kg d'excedent de baggage, et laisser passer des baggages a mains en trop.

Dans cette situation deux conseils,
Le premier : Avant de prendre l'avion, se raser (Pas facile vu les problemes pour trimbaler de la mousse a raser), porter une chemise (voir une cravatte) et ca fait illusion
Le second basique, Fuir comme la peste les U.S.A.

P.S.
Clique droits sur commentaires m'offre plein d'option mais tue le correcteurs d'orthographe de firefox (oui je sais --> Bonpatron.com mais la flemme aujourd'hui)

M le Prof 29/08/2009 14:48



Quand je vais donner un cours je suis toujours rasé et toujours en costume. Jamais eu de problème à passer de la mousse à raser, même en bagage à main (du moment que cela fait moins de 100ml).


Pour les excédents bagages, bagage à main etc, tout est pris en charge par mon institution. Donc pas besoin de faire de sourire du moment qu'on me donne un reçu !


Ensuite pour le "petit joueur", de l'électronique fragile, peu importe à quoi elle peut ressembler, ce n'est pas un cutter.



Rachel 25/08/2009 15:55

Et si les profs de fac n’étaient en réalité que de dangereux terroristes qui s’ignorent ?

Luc 25/08/2009 11:41

Excellente contrepèterie ! Comme dans tristes tropiques on est ici aussi dans l'observation ethnographique d'un souvenir de "voyage" ! Félicitations pour votre blog que je lis assidument.

M le prof 25/08/2009 12:52


Je suis content de voir que je ne suis pas le seul à sourire de mon humour caché (j'ai des doutes parfois !). En tout cas merci pour les encouragements.


Michaël 24/08/2009 14:09

Tu ne peux pas - l'erreur est "humaine" (jeu de mot pourri en opposition avec son boulot, bref...).
Par contre, tu ferais un très bon agent spécial.

Mr le prof 25/08/2009 12:45


Peut-être ! Je ne m'y connais pas trop en romans & films d'espionnage mais il est vrai que la réussite des missions de James Bond est souvent facilitée par ses interactions avec la gente
féminine.


BBK.mel 24/08/2009 13:14

Tu n'as pas égorgé le commandant de bord ni détourné l'avion, c'est déjà ça !

Mr le prof 25/08/2009 12:49


En fait je n'avais pas d'autres endroits où aller qu'à Paris ! Ce n'etait donc pas la peine de me lancer dans un détournement :) En outre égorger le pilote ne m'aurait pas aidé car je n'ai
absolument aucune notion de pilotage ! C'est pour cela que finalement, ce n'était pas une faute bien grave de me laisser passer cette lame, car à part continuer à faire mes découpages, je n'aurai
pas su trop comment l'utiliser autrement...