C'est la rentrée !

Publié le par M le Prof

J'ai eu beau m'accrocher à tout ce que je pouvais le 31 aout... à mon transat, à ma tondeuse... rien n'y a fait. Le lendemain, nous étions bien au mois de septembre et avec lui la rentrée. Pas la rentrée des étudiants encore, seulement l'ouverture de l'université. Du fait que j'ai des échéances ce mois-ci (un ouvrage et des articles), j'aurai bien aimé avoir un mois d'aout de 60 jours... mais en même temps c'est bien, c'est la vie qui repart.

Le téléphone a recommencé à sonner :

Les collègues qui se retrouvent tous seuls dans leur bureau car ils ont tenu à être présents lors de l'ouverture et qui finalement n'ont croisé personne, qui m'ont téléphoné pour me dire... "il n'y a personne, je pense que je ne reviendrai que la semaine prochaine".

Les administratifs qui préparent les emplois du temps. "Oui oui monsieur ! il va falloir se remettre à faire des cours !" Il va falloir de nouveau se raser, s'habiller mais avant faire un tour chez le coiffeur, au pressing et peut-être au passage à la pharmacie prendre des masques, mais moi, si vous m'avez suivi cet été, vous savez que j'en ai déjà un stock !

Ma secrétaire, enfin, quand je dis ma secrétaire... j'aimerai bien, ça me donnerai l'impression d'être dans un film de détective privé. En fait c'est la secrétaire de la formation dont je m'occupe. On a fait le point sur les dossiers d'inscription. Je fais tous les ans du surbooking du fait que j'ai des désistements de dernière minute. Ca me permet d'avoir moins d'étudiants de bon niveau en liste d'attente. Car en liste d'attente, l'étudiant va souvent voir ailleurs... Et cette année pour la première fois, personne ne se désiste. Il en reste encore une vingtaine à appeler ! En espérant qu'il va bien y en avoir une petite dizaine qui va me dire "non je ne peux pas venir", car sinon je vais me retrouver embêté en sureffectif. En tout cas ça va bientot être le moment de faire mon Coulmont et de faire le bilan des prénoms de ma promotion 2009 !

Et enfin... Emilie ! Oui oui, un appel tout à fait inattendue de ma "Lolita". Je vous laisse lire le billet où je parle d'elle car je ne vais pas vous la refaire... en tout cas. Un appel de la fameuse Emilie !

"Allo M le Prof ?
- oui bonjour
- c'est émilie X
- Emilie !!! Comment allez vous ?
- Très bien merci et vous ?
- Super, qu'est ce que vous devenez ?
- Après avoir quitté votre établissement je suis partie faire un master et ca fait un an que je travaille.
- Très bien !
- En fait non, pas tout à fait. C'est vrai que j'ai un bon poste dans une bonne entreprise. Mais cela ne me plait pas et chaque jour qui passe je regrette de ne pas avoir pris le parcours recherche pour faire une thèse
- C'est une autre vie, mais cela doit être également très intéressant ce que vous faites.
- En fait pas trop, c'est pour cela que je vous appelle
- Ah oui ? Dites moi
- J'aimerai que vous me preniez en thèse. Je comprends que cela ne peut pas se faire comme ça, je suis prête à repartir sur un master recherche
- ..."


Silence ! Je ne sais pas trop quoi lui dire. Pour l'instant j'ai temporisé en lui disant qu'il faut bien qu'elle réflechisse bien, qu'elle a une bonne situation, et que peut-etre que l'enseignement et la recherche ce n'est pas aussi trépidant comme vie que ce qu'elle veut bien croire. Je lui ai donc expliqué qu'il faut qu'elle soit certaine de ses motivations. etc. Et moi en même que j'essayais de la dissuader, je me disais que peut-être elle faisait bien la part des choses et qu'effectivement elle a un vrai désir de devenir enseignant-chercheur. Et dans tous les cas, je ne peux pas lui refuser de la prendre en thèse sur le seul prétexte que nous avions des affinités il y a quelques années. Mais quand même. Quelque part, j'ai pas envie de l'avoir si proche de moi. Elle est bien dans ma tête, dans son rôle fantasmagorique de Lolita à laquelle j'ai su résister. L'avoir encore à proximité, même si je sais que j'ai des nerfs d'acier, c'est quand même quelque part une épreuve ! Cela m'a fait penser à la chanson de Police "Don't stand to close to me". Pour ceux qui n'auraient jamais fait attention aux paroles de ce hit des années 80, je vous les mets ci dessous...

En attendant sa décision et ensuite la mienne... bonne rentrée à tous !


Young teacher the subject
Of schoolgirl fantasy
She wants him so badly
Knows what she wants to be
Inside him there's longing
This girl's an open page
Bookmark her - she's so close now
This girl is half his age


Don't stand, don't stand so
Don't stand so close to me
Don't stand, don't stand so
Don't stand so close to me


Her friends are so jealous
You know how bad girls get
Sometimes it's not so easy
To be the teacher's pet
Temptation, frustration
So bad it makes him cry
Wet bus stop, she's waiting
His car is warm and dry


Loose talk in the classroom
To hurt they try and try
Strong words in the staff room
The accusations fly
It's no use, he sees her
He starts to shake and cough
Just like the old man in
That book by Nabokov


Don't stand so close to me

Commenter cet article

magnolia 08/07/2010 23:56


alors, est-ce que la fameuse emilie s'est finalement décidée à vous prendre en thèse ??


PIGA 22/12/2009 10:59


A chacun sa rentrée camarade!
De la fac à la maternelle, même combat.


Gizmo 13/09/2009 19:16

Mmmm...
Si je lis votre premier billet, puis le second (http://profdefac.over-blog.com/article-29564991.html), j'infère que vous êtes probablement un jeune professeur dans les disciplines du groupe I (droit, économie et gestion). Plutôt pas en droit, car vous seriez plus pointu sur les aspects juridiques du recrutement. En effet, la voie "standard" pour être PU est celle de qualification, qui existe pour toutes les disciplines sauf droit, économie, gestion (et médecine / pharmacie) ; et il existe aussi la voie dite "longue" (hors les deux concours d'agrégation). Je n'ai ni le temps, ni l'envie de faire une recherche plus poussée, mais je pense que vous sous-estimez les capacités des collègues et des étudiants à deviner qui se cache derrière M le Prof.

M le Prof 14/09/2009 08:12



Je pense que c'est différent pour les collègues et les étudiants. Je pense que si un collègue venait à lire ce blog il devinerait immédiatement qui je suis puisque la plupart des anecdotes que je
raconte, je les ai déjà racontées autour de moi ! En revanche, pour les étudiants (ce qui est le plus important, car le fait que mes collègues me reconnaissent ne m'apparait pas être un probleme)
je suis moins certain... Mëme s'ils trouvaient précisemment ma discipline, mon age et mon grade. Je ne donne aucune information sur la ville. Je pense qu'il y a assez de collègues qui
correspondent à mon signalement : age, discipline, grade et responsable de formation pour que le doute soit pour eux toujours permis. Et encore une fois de plus, vu le faible nombre de
visiteurs que j'ai sur ce site (dont les étudiants ne représentent qu'une faible partie de l'audience) comparé au nombre d'étudiants en France, la probabilité pour qu'il en vienne un de ma fac,
qui plus est, interessé pour savoir qui je suis, me semble vraiment faible.

Pour votre remarque (discipline du groupe 1) vous me faites plaisir. Pas que je trouve ces disciplines plus enviables mais parce que vous êtes vous même en économie comme je l'ai vu sur votre
blog. Une économiste qui me croit économiste. Si vous lisez les commentaires de certains billets on a un sociologue qui me croit sociologue, un littéraire qui me croit l'être aussi. J'avoue que
cela me plait car cela signifie que tout le monde se reconnait dans ce blog, et c'est tout à fait l'objectif.



Gizmo 13/09/2009 12:28

Plutôt de l'avis de B. Coulmont :
1. Ne pas l'inscrire en thèse est une forme de commitment (voir Ulysse et les sirènes) : elle s'inscrira en thèse avec un/e de vos collègues, mais pourra toujours vous consulter. Mais s'il devait subsister une part d'ambiguïté (de votre côté ou du sien), je crains que ce soit très néfaste pour son développement intellectuel, et sa future carrière d'EC si c'est ce qu'elle souhaite.
2. Je suppose qu'elle lit votre blog. Donc elle sait que vous savez (qu'elle sait etc).

M le Prof 13/09/2009 15:04


1 - je suis d'accord sur le fait qu'il ne doit y avoir aucune ambiguité si on veut que cela se passe bien. En revanche elle ne pourra pas être inscrite avec un(e) collègue de mon université. Chacun
ne veut prendre qu'un doctorant par an pour pouvoir bien s'en occuper car ils en ont déjà pas mal en route. Je suis le seul qui peut.

2 - Je ne pense pas qu'elle lise ce blog. Je n'en fais aucune publicité ailleurs que sur des supports anonymes (twitter et facebook). Je n'en fait aucune publicité par ailleurs. Dans mon entourage,
personne ne sait que je fais ce blog. Enfin, j'ai environ 250 visiteurs uniques par jour en moyenne. Si on compare ce chiffre au nombre d'étudiants en France, ce serait un sacré hasard qu'elle
tombe sur ce blog !


Blogueur Influent 11/09/2009 17:06

Si à chaque fois qu'on vous dit "Prenez-moi en thèse" vous entendez "Prenez-moi", attention, ce sont les premiers signes du démon de midi.

M le Prof 12/09/2009 07:57


Non heureusement je n'entends pas cela à chaque fois ! Si un jour cela m'arrive j'espère que j'aurai encore assez de recul pour aller consulter un psychiatre ! Non dans le cas d'émilie, s'il n'y
avait pas eu cette "histoire" il y a quelques années, je ne me serai posé aucune question.